mercredi 13 juin 2018

Comment je construis une aquarelle (4)

A partir des taches marquant la partie ombrée des rochers, je vais préciser le volume des blocs et des veines. J'ai pris une valeur moyenne de gris et je veille à conserver  les parties les plus éclairées en réserve. Le papier donne les blancs.
On trouve dans la palette des nuances vert-jaune, bleu, et orangé qui permettent de nuancer les volumes des roches.
Autour des réserves faites dans le vert du fond, on installe les ombres qui vont donner les rochers ; étant en arrière plan les contrastes doivent être moins forts donc avec une teinte moins foncée.
La broussaille procède de la même méthode : On place les volumes avec une couleur de fond. La difficulté est d'abord dans le choix des teintes et dans les gestes qui installe cette broussaille de façon aléatoire par touches.




















Il faut ensuite modeler cette broussaille par superposition de touches. J'insiste sur la base des bouquets de végétation et à l'emplacement des arbres réservés. Ce travail est délicat car l'impression de végétation sauvage dépend de la légèreté et de la liberté des gestes. J'utilise des tons de vert mais aussi de rouge-violet et de bleu. Là encore les contrastes doivent être plus légers puisqu'on est en arrière plan.
Le risque est de trop fouiller et de trop superposer.

Le plus dur est fait. La végétation de l'avant-plan est travaillée avec un peu plus de vigueur et de contraste. J'y mets plus de couleurs chaudes : Jaune, oranger, rouge, pour nuancer les verdures. A ce stade il faut corriger les éventuels déséquilibres de valeur et de couleur. Une bonne façon de faire consiste à regarder son tableau avec du recul et en clignant des yeux. En ne perçevant que les masses et non les détails, on évalue mieux la lisibilité globale.
Le travail sur l'eau que j'ai gardé en dernier, est fait par superposition en utilisant les teintes de la palette, je pose des traits horizontaux que j'atténue s'il le faut avec un autre pinceau humide afin de fondre les contours.
J'ai enfin enlevé la gomme à réserve ce qui fait apparaître les arbres et arbustes. Il est utile de leur donner un peu d'ombre et d'atténuer les contrastes sur les plans lointains.
J'ai travaillé d'après une photo que j'ai prise en Norvège et sur laquelle j'ai fait le travail de composition.
Eh bien non, ce n'est pas facile ! J'espère vous avoir un peu guidé...






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comment je construis une aquarelle (4)

A partir des taches marquant la partie ombrée des rochers, je vais préciser le volume des blocs et des veines. J'ai pris une valeur moye...